Santé: impératif de rapprocher les structures des urgences du citoyen

le .

Le ministre de la Santé, Abderrahmane Benbouzid, a souligné dimanche à partir de Blida, l’impératif de rapprocher les structures des urgences du citoyen, afin de réduire la pression sur les services d'urgences des grands hôpitaux des villes et assurer de meilleures prestations.

News 

"La nouvelle politique du secteur repose sur la sélection d’établissements sanitaires de manière à rapprocher les services d'urgence du citoyen, d'une part, et réduire la pression sur les services d’urgence dans les grands hôpitaux des villes, d'autre part", a indiqué Benbouzid dans une déclaration à la presse, en marge d'une visite inopinée aux urgences médicales du CHU Franz-Fanon.

Il a, à ce titre, instruit le directeur local de la santé, au même titre que les responsables du secteur à travers le pays, de designer au moins deux cliniques modèles, dans chaque wilaya, pour assurer des prestations d'urgences médicales, dans l’attente de l’élargissement de cette expérience, à l’avenir, au reste des polycliniques du pays, après leur dotation en équipements et staffs médicaux nécessaires, de manière à leur permettre de travailler en H24.

Cette mesure vise à atténuer la pression sur les services des urgences au niveau des grands hôpitaux, tout en leur permettant de remplir leurs missions relatives à la formation des étudiants et à la recherche scientifique.

Cette visite de M. Benbouzid, qui intervient après quelques semaines de la visite effectuée aux services des urgences du CHU Franz-Fanon, durant laquelle il a constaté, selon ses propos, des insuffisances, notamment concernant les salles de permanence des médecins résidents et leurs conditions de travail, se veut une occasion pour constater la mise en application des instructions émises pour l’amélioration des conditions de travail du personnel médical et de la prise en charge des malades.

Sur place, le ministre de la Santé a exprimé sa "satisfaction" à l’égard de "l'amélioration de la situation", appelant les responsables locaux à poursuivre leurs efforts dans ce sens, "d'autant plus que contrairement aux autres services hospitaliers, le service des urgences est sujet à une pression considérable de la part des citoyens", a-t-il relevé.

 

APS

Site conçu et réalisé par la Division des Réseaux d'Information du CERIST ©2015