Wissal > Compte MAIL


Contacts
TechniqueCommercial

Wissal > Contacts

Se renseigner auprès du service Marketing et Communication
tél. : 021 91 21 74
fax : 021 91 62 10
e-mail : Service marketing

Union africaine: ouverture du sommet, dominé par une élection-clé

Imprimer PDF

Un sommet de l'Union africaine (UA) a débuté dimanche à Addis Abeba pour trancher un différend qui empoisonne depuis des mois l'organisation, sur le choix du président de la Commission, son organe-clé.

Les chefs d'Etat, réunis pour deux jours dans la capitale éthiopienne, vont également tenter de désamorcer les principales crises du continent, au Mali, en République démocratique du Congo (RDC) et entre les Soudans.

Les présidents sud-soudanais et soudanais Salva Kiir et Omar el-Béchir se sont serrés chaleureusement la main dimanche matin à leur arrivée dans la salle de réunion, ont constaté les journalistes de l'AFP sur place.

Les deux chefs d'Etat s'étaient déjà rencontrés tard samedi soir, pour leur première discussion directe depuis les combats frontaliers ayant mis leur pays au bord d'une guerre ouverte en mars et avril derniers.

MM. Kiir et Béchir s'étaient alors serré la main, tout sourire, sans faire de déclaration à la presse. "Ils se sont rencontrés (...) et ça a été un bon entretien", avait commenté le négociateur en chef du Soudan du Sud Pagan Amum, après la rencontre.

Le sommet, le deuxième à se tenir dans un nouveau siège de l'UA construit et offert cette année par la Chine, doit départager le président sortant de la Commission, le GabonaisJean Ping, et la ministre sud-africaine de l'Intérieur Nkosazana Dlamini-Zuma, après un premier échec il y a six mois.

Lors du précédent sommet, en janvier, le scrutin avait tourné au psychodrame, Jean Ping était arrivé en tête mais il avait échoué à réunir les deux-tiers des suffrages, bien que resté seul en lice au quatrième tour du scrutin l'opposant à Mme Dlamini-Zuma, ancienne chef de la diplomatie sud-africaine et ex-épouse du président sud-africain Jacob Zuma.

Certains des chefs d'Etat ont déjà participé samedi à une réunion du Conseil de paix et de sécurité de l'UA, afin d'examiner les principales crises en cours sur le continent.

ADDIS ABEBA (AFP)


Retour